Connect with us

CBD

Le CBD contre le rhume des foins – Effets et utilisation

Les températures augmentent, les oiseaux chantent et la nature commence à fleurir. Le 20 mars marque le début du printemps – aussi réjouissant que cela puisse être pour beaucoup, c’est le début d’une période particulièrement éprouvante pour les personnes allergiques. Les retombées de poussière jaune provoquent chez les allergiques au pollen des Eternuements, reniflements et démangeaisons oculaires. Le CBD, en tant qu’alternative naturelle, peut jouer un rôle complémentaire et aider à atténuer ces symptômes gênants.

Allergie – qu’est-ce que c’est ?

L’allergie est un dysfonctionnement du système immunitaire. Le corps réagit de manière particulièrement sensible et délicate à des substances en principe inoffensives, comme le pollen. Ils sont considérés comme une véritable menace [1].

L’allergie est déclenchée par une réaction immunitaire excessive à des antigènes par ailleurs inoffensifs. Il s’agit généralement de micro-organismes tels que des bactéries, des virus, des champignons, des parasites ou des macromolécules identifiées comme étrangères.

Pour comprendre comment se produisent les réactions allergiques, il est nécessaire de connaître le Système immunitaire d’examiner de plus près le système immunitaire. Celui-ci est composé de cellules qui vérifient les antigènes au cours de certains processus et les rendent inoffensifs. Les leucocytes et les lymphocytes jouent un rôle décisif dans ce processus.

Les lymphocytes B pour la défense immunitaire humorale spécifique

Au cours du premier contact avec un antigène, une partie des lymphocytes B se transforme en plasmocytes, qui produisent des anticorps spécifiques et les libèrent ensuite. Les plasmocytes qui se trouvent dans le tissu conjonctif survivent environ 2 à 3 jours. La partie restante des lymphocytes B se transforme en cellules mémoires B capables de se diviser. Comparées aux plasmocytes, ces dernières ont une longue durée de vie et leurs anticorps sont liés à la membrane.

Lors d’un second contact avec l’antigène, les cellules mémoires B se multiplient rapidement, les processus de transformation en plasmocytes ont lieu et de grandes quantités d’anticorps sont rapidement produites.

Lymphocytes T pour la défense immunitaire cellulaire spécifique

Ici, une partie des lymphocytes T se transforme en cellules effectrices T lors du premier contact. Celles-ci sont cytotoxiques et peuvent détruire d’autres cellules de l’organisme attaquées par l’antigène. L’autre partie se transforme en cellules T mémoires à longue durée de vie, qui circulent dans le sang et dont l’objectif est de reconnaître l’antigène.

Si un deuxième contact a lieu, les cellules T mémoires se multiplient et forment un nombre considérable de cellules T effectrices en guise de réponse secondaire. Celles-ci attaquent les cellules phagocytaires de l’organisme.

On distingue les cellules effectrices T comme suit :

  • Les cellules T tueuses : Porteurs de cytotoxines (substances qui endommagent les cellules).
  • Les cellules T auxiliaires : Elles collaborent avec les lymphocytes B et sont par exemple responsables de la formation des plasmocytes.
  • Cellules T-supresseur : Inhibent la production d’anticorps pendant la réponse immunitaire

En outre, l’organisme humain dispose de cellules tueuses naturelles, appelées grands lymphocytes, qui peuvent également détruire les macrophages. [5].

Causes possibles des allergies

En Europe, les allergies touchent aujourd’hui environ 60 millions de personnes et la tendance est à la hausse. [1]. Le graphique suivant montre les facteurs supposés être à l’origine de l’augmentation du nombre d’allergies :

Environnement & mode de vie

On pense que l’environnement et le mode de vie actuel sont les principaux responsables de l’augmentation des allergies. Les gens sont aujourd’hui plus souvent en contact avec des allergènes, notamment en raison de l’exposition aux gaz d’échappement, à la fumée de cigarette et aux toxines environnementales. En outre, les pays industrialisés sont plus touchés par les allergies que les régions rurales et les pays en développement. Le manque d’activité physique, le stress et une alimentation déséquilibrée contribuent également à cette évolution négative.

Contact avec les bactéries

Une autre hypothèse est que les gens ont moins de contact direct avec les bactéries, ce qui augmente le risque de développer des allergies. Les chercheurs supposent que le contact avec différents germes entraîne le système immunitaire.

Moins de parasites comme indicateur d’une augmentation des allergies

Des recherches isolées indiquent également un lien entre la faible présence de parasites et un risque accru d’allergies. Autrefois, les humains étaient souvent infestés par des vers, raison pour laquelle les chercheurs supposent qu’ils contiennent également certains mécanismes de protection. La découverte de ces mécanismes peut être importante pour le traitement des allergies.

Changement climatique

Une grande partie des personnes allergiques souffrent du rhume des foins. Les chercheurs supposent qu’il existe un lien entre les changements climatiques et l’augmentation du nombre de personnes allergiques au pollen. Le changement climatique entraîne également une augmentation du nombre de pollens ou un allongement de la phase de floraison. Les plantes non indigènes, dont le pollen est plus agressif, peuvent ainsi se développer chez nous et être introduites plus facilement.

Les poussières fines et les polluants favorisent l’agressivité du pollen

On suppose également que l’azote des gaz d’échappement interagit avec certaines protéines contenues dans le pollen, ce qui augmente le risque d’allergie. Ainsi, le simple contact avec les gaz d’échappement pourrait renforcer une réaction allergique.

Modifications de la flore intestinale

Des recherches récentes suggèrent un lien entre l’intestin, ou plutôt la flore intestinale et les bactéries qu’elle contient, et le système immunitaire, et donc les réactions allergiques. [2]. Des études indiquent que les probiotiques peuvent être bénéfiques dans la prévention des allergies et atténuer les symptômes. [3].

Comment se développe une allergie ?

Il peut s’écouler un certain temps avant qu’une allergie ne se déclare réellement. Souvent, des années s’écoulent entre la reconnaissance des premiers symptômes et le diagnostic effectif. Une allergie peut toucher tout le monde, indépendamment des antécédents et à tout moment. Il est par exemple possible que les propriétaires d’animaux développent une allergie aux poils d’animaux au fil des ans. Mais des prédispositions peuvent également augmenter le risque de développer des allergies. Par exemple, si les parents sont allergiques, les enfants le seront aussi plus souvent.

En principe, il faut distinguer les allergies de type immédiat et de type tardif :

Le type immédiat

Dans ce cas, la réaction du système immunitaire se déclenche directement après le contact avec l’allergène – des anticorps IgE sont produits en quelques minutes seulement, ce qui déclenche une réaction en chaîne. Les déclencheurs peuvent être le pollen, les médicaments, les animaux, certains aliments ou les venins d’insectes. Un premier contact asymptomatique a lieu au préalable.

Au cours de la réaction, le neurotransmetteur histamine est libéré. Celle-ci est également responsable des symptômes classiques qui apparaissent au cours d’une allergie, comme les démangeaisons, les rougeurs de la peau, les éruptions cutanées, le rhume ou le gonflement des tissus. Le choc anaphylactique est le cas le plus grave : la tension artérielle chute de façon mortelle – une situation d’urgence dans laquelle les premiers secours doivent être apportés immédiatement. [4].

Le terme d’atopie est souvent utilisé dans ce contexte. Celui-ci désigne la prédisposition héréditaire à souffrir d’une allergie de type immédiat. Les atopiques présentent en outre un risque accru de souffrir d’asthme allergique ou d’eczéma atopique.

Le type tardif

Dans le cas du type tardif, les symptômes allergiques ne se manifestent qu’avec un certain retard. Les symptômes n’apparaissent donc pas nécessairement immédiatement – souvent, ils ne se manifestent qu’après un contact répété. Ici aussi, un premier contact asymptomatique a lieu au préalable. Dans le cas du type tardif, ce sont les cellules T qui sont impliquées dans la plupart des cas et qui déclenchent une réaction inflammatoire dans l’organisme.

Il existe en outre les allergies de type II et de type III.

L’allergie de type II est plutôt rare. Dans cette forme, il y a contact avec un antigène fixé sur une cellule ou des composants d’une surface cellulaire. Ceux-ci entraînent une destruction de la cellule cible.

L’allergie de type III entraîne une réponse immunitaire massive à base d’anticorps. Le corps ou le système immunitaire est ici extrêmement sensible. Lorsque l’organisme entre en contact avec l’allergène, il se forme de grands agrégats de complexes immuns. Ceux-ci peuvent déclencher des inflammations dans les organes. [4].

Quelles sont les différentes formes d’allergie ?

Voici un aperçu des allergies les plus courantes :

  • Rhume des foins/allergie au pollen
  • Allergie à la poussière de maison
  • Allergie aux animaux
  • Urticaire
  • Allergie au soleil
  • Allergie de contact
  • Allergie aux moisissures
  • Allergie croisée
  • Allergie aux piqûres d’insectes
  • Allergie alimentaire
  • Intolérance à l’histamine [6]

Diagnostic

Le diagnostic a pour but d’identifier l’allergène responsable de l’allergie afin de pouvoir l’éviter à l’avenir. La plupart des allergènes proviennent des substances suivantes :

  • Acariens de la poussière de maison
  • Fourrure de chat et de chien
  • Pollen
  • Moisissures

Les tests standard suivants entrent en ligne de compte pour le diagnostic des allergies :

Prick-test

Cette méthode consiste à déposer des gouttes de certains allergènes sur la face interne des avant-bras et à scarifier légèrement la peau. Après environ 30 minutes, le résultat peut être lu. En cas d’allergie, une réaction cutanée se produit, généralement sous la forme d’une quinte.

Test intradermique

Similaire au prick-test, cette méthode consiste à injecter la solution contenant l’allergène dans la peau à l’aide d’une aiguille sous forme de « quadruplets ». Ici aussi, le résultat peut être lu après environ 30 minutes. On recourt à cette méthode lorsque le prick-test est négatif mais que l’on soupçonne toujours une allergie.

IgE totales et test RAST

Il s’agit ici de déterminer, à l’aide d’un échantillon de sang, le taux d’immunoglobuline E (IgE), qui est élevé en cas d’allergie. Cette méthode est toutefois rarement utile et ne remplace généralement pas un test cutané d’allergie. Le test est principalement effectué lorsque les résultats ne sont pas concluants.

Si toutes ces méthodes ne donnent pas de résultats, on utilise des tests de provocation spécifiques qui ne sont effectués que dans des établissements spécialisés et qui prennent beaucoup de temps. [4].

Allergique un jour, allergique toujours ?

Être allergique une fois ne signifie pas l’être toujours. Si les allergies sont détectées à un stade précoce et diagnostiquées de manière appropriée, il est déjà possible de les traiter à temps et de manière efficace. Il est toutefois nécessaire que les médecins de premier recours se spécialisent davantage dans ce domaine afin d’éviter que l’allergie ne devienne chronique. [10].

Le printemps, un cauchemar pour les allergiques au pollen

Le printemps est une période particulièrement difficile pour les personnes souffrant de rhume des foins ou d’allergie au pollen. En raison de l’hiver comparativement doux, la nature commence à fleurir plus tôt, il est donc d’autant plus important que les personnes allergiques soient préparées de manière optimale pour cette période.

Entre-temps, il existe déjà des avertisseurs de pollen spéciaux, accessibles via Internet ou une application via smartphone, qui déterminent rapidement et facilement les charges actuelles. La prévision heure par heure aide les personnes allergiques à mieux évaluer le risque au cours de la journée et du mois. En combinaison avec un traitement adéquat, les symptômes peuvent ainsi être réduits et, dans le meilleur des cas, totalement éliminés.

Les symptômes vont des éternuements et de l’écoulement nasal aux yeux larmoyants et aux paupières gonflées. Aussi Démangeaisons ainsi que les troubles asthmatiques comme la toux, Essoufflement ou une respiration sifflante peuvent être des signes d’allergie.

Dans la plupart des cas, les médicaments suivants entrent en ligne de compte pour le traitement :

Ces méthodes peuvent surtout servir à soulager les symptômes à court terme. A long terme, il est recommandé de recourir à une hyposensibilisation, une immunothérapie spécifique (SIT), qui aide à devenir moins sensible aux allergènes à long terme. Le traitement, qui consiste à administrer régulièrement de faibles doses d’allergènes, dure environ 3 ans. [7].

Une série d’alternatives naturelles peut également aider à soulager les symptômes des allergies, de sorte que les personnes allergiques puissent elles aussi profiter du printemps en toute sérénité sans devoir obligatoirement recourir aux antihistaminiques et autres.

Le cannabidiol, ou CBD, le phytocannabinoïde de la plante de chanvre, peut être un complément idéal et vous soutenir pendant cette période intense pour le corps et surtout pour le système immunitaire.

Comment le CBD peut-il aider en cas d’allergies ?

Le spectre d’action du CBD est très varié et peut être utilisé de manière préventive ou ciblée en ce qui concerne les allergies. Il est conseillé de l’utiliser juste avant et pendant la haute saison ainsi que pendant les phases aiguës.

Le CBD pour le système immunitaire

Le CBD agit via le système endocannabinoïde de l’organisme. Il s’y fixe sur des récepteurs pour déployer ses effets. Ces sites d’ancrage peuvent également être utiles pour la réaction de défense de l’organisme. Des études indiquent que le CBD a un effet positif sur la fonction immunitaire. Le CBD supprime également l’expression et la prolifération des cellules ainsi que l’expression de la surface cellulaire. [8].

C’est justement en cas d’allergies que le système immunitaire est particulièrement mis à l’épreuve, c’est pourquoi le CBD représente ici une alternative idéale et peut renforcer l’organisme affaibli.

Le CBD contre les problèmes de peau liés aux allergies

De nombreuses allergies se manifestent par la peau – ce qui la met à rude épreuve et affecte la barrière cutanée. Des études indiquent que le CBD peut être utilisé de manière complémentaire en cas de problèmes dermatologiques. Comme les problèmes de peau affectent fortement la qualité de vie des personnes concernées, le cannabinoïde peut être utilisé comme un instrument thérapeutique efficace. [11]. Les produits cosmétiques contenant du CBD sont recommandés pour un usage externe.

Le CBD pour favoriser l’équilibre intérieur

Outre les symptômes physiques, une allergie peut également avoir des répercussions sur l’humeur. Si le nez coule, si les yeux brûlent et si la peau démange, les personnes concernées ne se sentent souvent pas très bien, physiquement et psychiquement. Grâce à son effet apaisant et relaxant, le CBD peut également intervenir ici et favoriser l’équilibre intérieur. Cela est dû entre autres à la réduction de l’hormone de stress cortisol. [12].

Comment le CBD est-il utilisé en cas d’allergies ?

Pour l’utilisation du CBD en cas d’allergies, il est recommandé d’utiliser des huiles à spectre complet contenant des phytocannabinoïdes ainsi que des flavonoïdes et des terpènes. Des huiles à 5% permettent déjà d’obtenir de bons résultats.

En cas d’allergie au pollen ou de rhume des foins, il est recommandé de commencer à en prendre avant la haute saison. Selon les besoins, le nombre de gouttes peut être augmenté au cours de la saison, à raison d’une ou deux gouttes à deux ou trois jours d’intervalle. Dans les cas aigus, le dosage peut également être augmenté sans hésitation et, le cas échéant, doublé.

« Le CBD s’avère être un soutien pratique et sans effets secondaires ». [13]

Possibilités offertes par la médecine orthomoléculaire

La médecine orthomoléculaire peut également apporter un soutien complet au système immunitaire. Selon des études, les micronutriments suivants sont particulièrement pertinents :

  • Vitamine C [14]
  • vitamine D [15]
  • Magnésium [16]
  • Zinc [17]
  • MSM [18]

Il est souvent difficile de consommer tous ces micronutriments par le biais de l’alimentation, car des dosages plus élevés sont nécessaires, surtout dans ce cas. Les complexes de nutriments peuvent assurer un approvisionnement global. Les préparations multivitaminées vous fournissent les micronutriments les plus importants.

7 conseils pour le quotidien en cas de rhume des foins

  • Ne pas laisser les vêtements de ville dans la chambre à coucher. Les pollens s’y fixent et sont ramenés dans la maison par les vêtements.
  • Ne pas faire sécher le linge à l’extérieur.
  • Se laver les cheveux plus souvent, car le pollen s’y dépose également (de préférence le soir).
  • Prenez un bain chaud ou une douche avant d’aller vous coucher : Le pollen sera lavé et ne sera pas emporté au lit.
  • Renoncer à un ventilateur classique pour rafraîchir tes pièces – le pollen est alors soulevé et dispersé dans l’air ambiant.
  • Garder les fenêtres fermées en cas de forte concentration de pollen, n’aérer que le matin et le soir.
  • En cas de pollens intenses, passer le moins de temps possible à l’extérieur et renoncer aux activités sportives épuisantes en plein air.

Conclusion

Ensemble, le cannabidiol, les micronutriments et quelques conseils pour la vie quotidienne permettent de soutenir idéalement l’ensemble de l’organisme – pour que vous puissiez vous aussi profiter pleinement du printemps.

Sources

[1] Contrôle des allergies (2019). En un coup d’œil : Données sur les allergies. Téléchargement du 03 mars 2020 de [Quelle]

[2] Nold, S. (2020). Allergies : symptômes, causes, aide naturelle. La santé pour le corps. Téléchargement du 03 mars 2020, par [Quelle]

[3] Wang, H., Anvari, S., Anagnostou, K. (2019). Le rôle des probiotiques dans la prévention des maladies allergiques. 6(2) : 24. Téléchargement du 03 mars 2020.

[4] Wöhrl, S. (2015). Allergie : qu’est-ce que c’est ? Téléchargement du 03 mars 2015 du [Quelle]

[5] Sokollik, T. (2012). Allergies : un aperçu. 8(01). p. 14-18. téléchargement du 03 mars 2020 de [Quelle]

[6] Guide de l’allergie. (2019). Types d’allergies. Informations sur les allergies les plus fréquentes. Téléchargement du 04 mars 2020, par [Quelle]

[7] IQWIG. (2017). Informations sur la santé. Le rhume des foins. Téléchargement du 04 mars 2019 de [Quelle]

[8] Kaplan, B., Springs, A., Kaminski, E. (2009). The Profile of Immune Modulation by Cannabidiol (CBD) involves deregulation of Nuclear Factor of Activated T Cells (NFAT). Téléchargement du 04 mars 2020.

[9] Witkamp R, Meijerink J. (2014). Le système endocannabinoïde : un acteur clé émergent dans l’inflammation. 17(2). Téléchargement du 04 mars 2020.

[10] Klimek, L., Vogelberg, C., Werfel, T. (2019). Livre blanc sur les allergies en Allemagne. (4e éd.). Springer Medizin : Heidelberg.

[11] Tóth et al. (2019). Signalisation des cannabinoïdes dans la peau : potentiel thérapeutique du système « C(ut)annabinoïde ». 24(5). Téléchargement du 05 mars 2020.

[12] Zuardi A., Guimarães F., Moreira A. (1993). Effet du cannabidiol sur la prolactine, l’hormone de croissance et le cortisol plasmatiques chez des volontaires humains. 26(2). 213-7. téléchargement du 05 mars 2020.

[13] Leinow, L. & Birnbaum, J. (2019). Se soigner avec le CBD. Le manuel scientifiquement fondé sur l’utilisation médicale du cannabidiol. Riva : Munich.

[14] Vollbracht, C. et al. (2018). La vitamine C intraveineuse dans le traitement des allergies : une analyse intermédiaire de sous-groupe d’une étude observationnelle à long terme. 46(9) : 3640-3655. Téléchargement du 05 mars 2020.

[15] Mirzakhani, H. et al. (2015). La vitamine D et le développement des maladies allergiques : quelle est son importance ? 45(1) : 114-125. Téléchargement du 05 mars 2020, par [Quelle]

[16] Blach, J., Nowacki, W., Mazur, A. (2007). Le magnésium dans l’allergie cutanée. 8;61:548-54. Téléchargement du 05 mars 2020.

[17] Seo, H. et al. (2017). Statut sérique en zinc et son association avec la sensibilité allergique : la cinquième enquête nationale coréenne sur la santé et la nutrition. Téléchargement du 05 mars 2020 de [Quelle]

[18] Hewlings, S. & Kalman, D. (2018). Evaluating the Impacts of Methylsulfonylmethane on Allergic Rhinitis after a standard Allergen Challenge : Randomized Double-Blind Exploratory Study. 29;7(11). Téléchargement du 05 mars 2020.

Lire la suite
Clic pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Fleurs CBD
Herbal SHOP
Fleurs de CBD
vaporisateur Cannabis
Actu CBD
CBD liquide
Fleur Cannabis
CBD BOX
Avis CBD
fleurs CBD
News CBD

ARTICLES POPULAIRES