Connect with us

CBD

Hémorroïdes – Le CBD peut-il aider ? Études, remèdes & conseils

Les hémorroïdes – un sujet tabou dont peu de gens veulent parler. Pourtant, selon les estimations actuelles, une personne sur deux en est atteinte au moins une fois dans sa vie. Une raison suffisante pour expliquer ce que sont les hémorroïdes, comment elles sont traitées et quelles sont les possibilités de traitement naturel des hémorroïdes. Les hémorroïdes sont en principe quelque chose de tout à fait normal – tout le monde en a. Ce n’est que lorsque les hémorroïdes augmentent de volume qu’elles provoquent des troubles typiques tels que des démangeaisons ou des brûlures à l’anus. Notre mode de vie, qui a fortement évolué au fil du temps, contribue à la prévalence croissante des hémorroïdes. Le point positif : des conseils et astuces simples permettent de prévenir les hémorroïdes. Vous découvrirez dans notre article de magazine comment cela fonctionne et comment le CBD peut aider en cas de troubles hémorroïdaires et de douleurs associées. De plus, des instructions vous attendent pour la préparation d’une pommade au CBD bienfaisante contre les hémorroïdes – pour les cas aigus et pour soulager naturellement les symptômes afin d’améliorer la qualité de vie au quotidien.

Les hémorroïdes – un sujet tabou ?

On parle ouvertement de nombreuses maladies et affections – pour les personnes concernées, cela représente un énorme soulagement. D’une part, elles reçoivent des informations et des conseils utiles, d’autre part, elles rencontrent des personnes qui vivent des situations similaires et comprennent leur souffrance. Des expériences précieuses sont transmises et la gestion et le traitement de certains troubles s’en trouvent grandement améliorés.

Les maladies telles que les hémorroïdes font toutefois partie des maladies dont on n’aime pas parler, surtout en public. Cela est probablement dû à la région du corps concernée. Mais comme il s’agit d’un sujet qui peut toucher presque tout le monde, il est d’autant plus important d’en parler et de partager des connaissances utiles.

Les hémorroïdes sont certes quelque chose de gênant, mais elles ne sont pas contagieuses, fondamentalement inoffensives et, plus important encore, elles peuvent être traitées. Il n’y a donc pas lieu de paniquer ou d’avoir peur prématurément. Détectées à temps et examinées par un médecin, les crises hémorroïdaires peuvent se résorber d’elles-mêmes avec un traitement adéquat.

Que sont les hémorroïdes ?

Les hémorroïdes sont Dilatation des veines dans la région du rectum. Elles se trouvent normalement à l’intérieur, juste avant l’ouverture du rectum. Les bourrelets vasculaires assurent, avec le sphincter, l’étanchéité de l’anus. [1]. Les bourrelets vasculaires spongieux sont présents chez tout le monde. Lorsqu’ils grossissent, ils provoquent des troubles et réduisent fortement la qualité de vie des personnes concernées. Dans ce cas, on parle de maladie hémorroïdaire. [2]

Dans le cas de la maladie hémorroïdaire interne, les hémorroïdes se dilatent de manière pathologique ou des épaississements nodulaires se développent, entraînant une protubérance. Les dilatations des veines peuvent également se produire en dehors de l’anus et se manifester sous la peau sous forme d’hémorroïdes externes.

Les hémorroïdes ont déjà été intégrées dans la CIM 10, le catalogue international de classification des maladies de l’OMS, comme « autre maladie de l’intestin ». [3].

Symptômes

Voici les symptômes typiques qui peuvent indiquer une maladie hémorroïdaire :

  • Sensation de corps étranger
  • Suintement
  • Plaie de la peau dans la région anale
  • Douleurs, démangeaisons et/ou brûlures à l’anus
  • Sang dans les selles
  • Protubérances palpables
  • Incontinence fécale [2]

Comment se forment les hémorroïdes ?

L’apparition des hémorroïdes et les facteurs qui favorisent leur développement peuvent avoir différentes causes. Voici un aperçu des facteurs de risque possibles :

  • Forte pression lors de la défécation
  • Constipation chronique
  • Soulever des charges lourdes
  • Diarrhée fréquente
  • Grossesse
  • Excès de poids
  • Activités sédentaires
  • Faiblesse congénitale des parois des vaisseaux sanguins

Ce sont là quelques-uns des facteurs qui peuvent favoriser l’apparition de dilatations vasculaires dans le rectum. Les symptômes et les troubles sont désagréables pour de nombreuses personnes et constituent un sujet plutôt moins traité par la société. Il est donc plus difficile de consulter un médecin. Il est toutefois conseillé de prendre les premiers symptômes au sérieux, car les hémorroïdes détectées à temps peuvent être traitées plus facilement. En outre, d’autres maladies peuvent être à l’origine de ce problème, d’où la nécessité de procéder à un examen. [2].

Diagnostic

Lors de l’examen, le médecin palpe la région anale et le canal anal, également connu sous le nom d’examen rectal digital. Cet examen est nécessaire pour évaluer le fonctionnement des sphincters et l’état de la muqueuse anale. Les premiers indices d’une maladie hémorroïdaire sont déjà donnés à ce stade.

Si des examens complémentaires sont nécessaires, le patient est orienté vers un spécialiste. Dans ce cas, il s’agit souvent d’un proctologue. Les proctologues sont spécialisés dans les maladies du rectum et l’examinent plus en détail à l’aide d’une canalisation anale ou d’une endoscopie du rectum. Dans ce cas, un tube équipé d’une caméra est introduit dans l’intestin afin de pouvoir se faire une idée plus précise de l’état de l’intestin. Dans de rares cas, une coloscopie est également nécessaire. [2].

Le médecin détermine également le degré de gravité de la maladie hémorroïdaire. On distingue 4 degrés différents

  • Le degré 1 : Le grade 1 représente la forme la plus fréquemment représentée. Les hémorroïdes ne sont pas palpables et ne sont visibles que lors d’une endoscopie du canal anal.
  • Le grade 2 : Les hémorroïdes s’extériorisent lors de la poussée, mais se rétractent seules.
  • Grade 3 : Si l’on parle d’hémorroïdes de 3ème degré, celles-ci parviennent également à l’extérieur en poussant, mais elles doivent être repoussées avec le doigt et ne se retirent pas d’elles-mêmes.
  • Grade 4 : Au quatrième degré, les hémorroïdes sont visibles en permanence à l’extérieur et ne peuvent plus être repoussées.

En fonction du degré, le médecin établit un plan de traitement adapté. Différentes méthodes entrent en ligne de compte. Les interlocuteurs sont alors généralement le proctologue, le chirurgien ou le gastro-entérologue. [2].

Traitement des hémorroïdes

Le traitement dépend du degré de gravité des hémorroïdes. Dans certaines circonstances, celles-ci peuvent disparaître d’elles-mêmes avec un traitement approprié, de sorte qu’aucune autre intervention endoscopique ou chirurgicale n’est nécessaire.

En premier lieu, le traitement consiste à l’optimisation des habitudes alimentaires et du comportement de défécation. Il convient de veiller tout particulièrement à une hygiène anale élevée.

En principe, on distingue les méthodes thérapeutiques suivantes :

  • Thérapie de base
  • Thérapie endoscopique
  • Thérapie médicamenteuse
  • Traitement par la chaleur

Thérapie de base

Le traitement de base consiste avant tout à optimiser les habitudes de vie. Les mesures suivantes sont mises en avant :

  • Alimentation riche en fibres (les enveloppes de psyllium s’avèrent bénéfiques)
  • Modification des habitudes de défécation
  • Hygiène soigneuse de la région anale
  • Traitement d’une éventuelle constipation chronique

Si le traitement de base ne donne pas de résultats, on a recours à un traitement médicamenteux ainsi qu’à d’autres mesures non chirurgicales.

Thérapie médicamenteuse

Dans ce type de traitement, on distingue les préparations à usage local et les préparations à usage systémique.

Pour le traitement local, on utilise les préparations suivantes :

  • Pommades
  • Crèmes
  • Suppositoires
  • Tampons anaux
  • Bains de siège

Ceux-ci ont un effet constricteur, anti-inflammatoire et hémostatique.

En cas d’application systémique, les médicaments suivants sont utilisés :

Thérapie endoscopique

Si le traitement de base et le traitement médicamenteux ne donnent aucun résultat, on a recours à une thérapie endoscopique. Les méthodes suivantes sont utilisées :

  • Sclérose
  • Ligature de l’élastique

La sclérose est le terme utilisé pour désigner une thérapie sclérosante. Celle-ci a pour but de réduire l’irrigation sanguine des hémorroïdes, de sorte qu’elles rétrécissent.

L’objectif de la ligature d’élastiques est de bloquer la circulation sanguine en l’étranglant avec des élastiques, de sorte que les hémorroïdes ou les tissus meurent. Cette méthode est la plus fréquemment utilisée.

Traitement par la chaleur

Le traitement par la chaleur peut se faire de deux manières :

  • Thérapie infrarouge
  • Diathermie & électrocoagulation

Dans le cadre de la thérapie infrarouge, les rayons infrarouges provoquent un dégagement de chaleur localisé qui fait disparaître les tissus à la surface. Cette méthode thérapeutique est généralement utilisée pour traiter des affections légères.

La diathermie consiste également à détruire les tissus par la chaleur. L’application de courant électrique entraîne la rétraction et la mort des tissus.

Traitement chirurgical

Une intervention chirurgicale est nécessaire lorsque les méthodes susmentionnées ne permettent pas de soulager les symptômes. Même en cas d’hémorroïdes de grade 3 ou 4, les mesures chirurgicales sont déjà utilisées comme traitement primaire afin de soulager la souffrance élevée.

Le traitement chirurgical vise à rétablir les conditions anatomiques qui existaient avant le début des souffrances. Différentes méthodes chirurgicales sont utilisées en fonction de la gravité de la maladie. Le plus souvent, les vaisseaux sanguins d’amenée sont visités et corrigés, et le tissu hémorroïdaire agrandi est enlevé.

En résumé, il existe donc un certain nombre de possibilités différentes pour lutter contre la maladie hémorroïdaire. Les perspectives de guérison sont positives, c’est pourquoi il convient de consulter directement un médecin généraliste dès les premiers signes. Celui-ci pourra mettre en place le traitement de base et, le cas échéant, utiliser d’autres méthodes et vous orienter vers un spécialiste si nécessaire.

Le CBD en cas d’hémorroïdes

Le CBD est un remède naturel pour toute une série de troubles de la santé et de maladies. Le CBD peut également être utilisé comme alternative à la maladie populaire des hémorroïdes et aider à soulager les symptômes grâce à son large spectre d’action.

Le cannabidiol, ou CBD, est un phytocannabinoïde de la plante de chanvre. Celui-ci a déjà une très longue histoire et est utilisé avec succès depuis de nombreuses années dans le domaine de la médecine. Le CBD est utilisé aussi bien par voie orale qu’en application externe sous forme de crèmes et de pommades. En raison de ses multiples propriétés, le CBD s’avère être Le CBD est donc une alternative naturelle idéale en cas de troubles hémorroïdaires..

Les propriétés suivantes du CBD favorisent une guérison réussie :

  • Anti-inflammatoire
  • Antibactérien
  • Dirigé contre la prolifération des tissus
  • Efficace contre la diarrhée
  • Antidouleur [4]

En cas d’inflammations pouvant survenir lors de la dilatation pathologique ou de l’épaississement des hémorroïdes, le CBD peut intervenir naturellement grâce à ses propriétés inhibitrices. L’hygiène anale peut être soutenue par l’effet antibactérien du phytocannabinoïde.

L’utilisation permet d’influencer positivement aussi bien l’évolution que les symptômes. Grâce aux propriétés analgésiques, la participation au quotidien est facilitée et la qualité de vie est améliorée.

Le CBD en prévention

Le CBD peut être utilisé aussi bien pour le traitement d’une maladie hémorroïdaire existante que pour la prévention, afin d’éviter l’apparition précoce d’hémorroïdes.

Étant donné que le mode de vie est toujours au centre des mesures de prophylaxie, le CBD est un moyen efficace de prévenir les troubles et de vous aider à optimiser votre mode de vie.

Outre les propriétés mentionnées ci-dessus, le CBD est également utilisé pour améliorer le bien-être général. Les propriétés équilibrantes et apaisantes du CBD en font un compagnon idéal au quotidien. De plus, le CBD peut vous aider à gérer votre poids, car l’obésité fait également partie des facteurs de risque dans l’apparition des crises hémorroïdaires. Pour savoir comment le CBD peut vous aider dans ce cas, consultez notre article de magazine sur le thème de l’alimentation intuitive au CBD – études et conseils.

Que ce soit en prévention ou pour une utilisation ciblée sur des troubles déjà existants : Le CBD s’avère être une alternative naturelle et bienfaisante, aussi bien en usage interne sous forme d’huile qu’en usage externe sous forme de crème ou de pommade.

Quel produit CBD choisir ?

En cas de troubles hémorroïdaires, il est recommandé d’utiliser une huile de CBD particulièrement pure et riche en CBD, afin de profiter pleinement du spectre d’action de la plante de chanvre.

Dans notre Huile PREMIUM à l’extrait naturel le CBD est décarboxylé à 100% et se trouve donc sous sa forme activée. Grâce à la teneur naturellement élevée en terpènes et au spectre complet de la plante dans l’huile PREMIUM, l’effet d’Entourage est maintenu.

L’huile PREMIUM d’extrait naturel de CBD est idéale pour une utilisation de l’intérieur. Toutefois, le cannabinoïde peut également être utilisé sous forme de crèmes ou de pommades pour déployer ainsi ses effets bénéfiques de l’extérieur.

Notre baume CBD VITAL pour soins aigus est particulièrement adapté. Ce baume secourable et efficace réduit les démangeaisons et les sensations de tension et soulage la peau irritée grâce à ses ingrédients naturels.

Outre le CBD et l’huile de graines de chanvre, le baume contient d’autres ingrédients naturels comme l’extrait de calendula. Le calendula s’avère également être un précieux remède maison contre les hémorroïdes. Grâce à ses ingrédients naturels, le baume convient, par rapport à d’autres préparations, à une utilisation à long terme – aussi bien à titre préventif que de manière ciblée dès l’apparition des premiers troubles ou en cas de maladie déjà existante.

Mais vous pouvez également préparer vous-même une pommade au CBD. Pour cela, vous n’avez besoin que de quelques ingrédients et la préparation est également rapide.

Une pommade au CBD efficace contre les hémorroïdes – facile à préparer soi-même

Les ingrédients suivants sont nécessaires à la préparation de la pommade :

  • 15 ml d’huile de graines de chanvre
  • 10 gouttes de teinture de calendula
  • 3 g d’émulsifiant
  • 1-2 g de cire d’abeille
  • 30 ml d’eau distillée
  • 8-10 gouttes d’huile d’extrait naturel de CBD 10

Si vous n’avez pas d’huile de graines de chanvre chez vous, vous pouvez utiliser une autre huile végétale de qualité. Lors de la préparation, veillez à ce que les mains, la surface de travail et les ustensiles ainsi que le récipient dans lequel la crème terminée est ensuite placée soient désinfectés.

Voici comment cela fonctionne

  1. Faites fondre la cire d’abeille au bain-marie.
  2. Ajoutez l’huile végétale, la teinture de calendula ainsi que l’Emulsan et l’huile de CBD.
  3. Mélangez les ingrédients et laissez fondre le mélange.
  4. Il faut ensuite retirer le bol du bain-marie et laisser refroidir le mélange à 40 degrés. Il est recommandé de vérifier cela à l’aide d’un thermomètre.
  5. L’étape suivante consiste à chauffer l’eau distillée au bain-marie, également à 40 degrés.
  6. Dès que le bol d’eau distillée et le mélange de cire d’abeille atteignent 40 degrés, les deux peuvent être mélangés. Il est important que les deux soient à la même température, sinon les ingrédients ne se mélangeront pas suffisamment.
  7. Si la consistance n’est pas assez crémeuse pour vous, vous pouvez travailler le mélange avec un mixeur jusqu’à ce que vous obteniez la texture souhaitée.
  8. La crème est ensuite versée dans un récipient en verre à l’aide d’une cuillère.

Mesures préventives – prévenir les hémorroïdes

Si les hémorroïdes sont devenues une maladie populaire, c’est en partie à cause du mode de vie de la société moderne. Nous sommes trop assis, nous ne bougeons pas assez et nous mangeons trop de mauvaises choses. Pourtant, lorsqu’il s’agit d’hémorroïdes, l’activité physique et l’alimentation jouent un rôle important dans la prévention. Les hémorroïdes sont étroitement liées à notre rectum. Le rectum est le dernier point par lequel passent les aliments que nous ingérons avant d’être éliminés. Étant donné que les fortes pressions lors de la défécation, les diarrhées fréquentes ou la constipation comptent parmi les facteurs de risque des hémorroïdes, il devient vite évident que nous pouvons les influencer par une bonne alimentation. Une digestion régulière et des selles molles soulagent en effet énormément l’intestin. De plus, l’exercice physique permet de stimuler le métabolisme.

Alimentation

En matière d’alimentation, les règles suivantes s’appliquent donc :

  1. Veillez à une une alimentation riche en fibres – celle-ci stimule la digestion et soulage l’intestin.

Les aliments suivants sont particulièrement riches en fibres alimentaires :

  • Flocons d’avoine
  • Flocons d’épeautre
  • Pumpernickel
  • Pain de seigle
  • Fruits secs
  • Légumes secs
  • Noix
  • Graines

Les enveloppes de psyllium, en particulier, se révèlent être une véritable source de fibres. Les graines gonflent et favorisent ainsi en plus la sensation de satiété.

Conseil: Boisson aux graines de puces : mélangez 1 cuillère à café de graines de puces dans un grand verre d’eau du robinet et laissez gonfler pendant environ 10 minutes avant de boire le mélange.

  1. Buvez environ 2 à 3 litres par jour. Les fibres ne peuvent gonfler que si vous disposez de suffisamment d’eau. [5].
  2. Consommez des prébiotiques pour favoriser une flore intestinale saine. Les aliments contenant de l’acide lactique comme le kéfir, le yaourt, le babeurre, mais aussi le jus de choucroute sont ici particulièrement conseillés.

Il est également recommandé de consommer du sucre, du café et de l’alcool avec modération, car ils peuvent également favoriser l’apparition d’une maladie hémorroïdaire. [6].

Les gélules de soin intestinal CBD VITAL sont spécialement conçues pour répondre aux besoins d’un intestin mis à rude épreuve. Elles servent à reconstituer l’intestin en cas de flore intestinale perturbée et sont utilisées comme soutien en cas des troubles suivants :

  • Problèmes de digestion
  • Flatulences
  • Intolérances

Le probiotique est composé de 13 germes différents qui sont essentiels pour améliorer la flore intestinale. La flore intestinale naturelle peut ainsi être protégée et maintenue.

Un mode de vie actif

Une activité physique régulière et le sport ne sont pas seulement recommandés en général, ils ont également un effet positif sur le métabolisme et la digestion. L’activité physique stimule l’activité intestinale et permet de lutter contre la constipation et les difficultés à aller à la selle.

Hygiène et habitudes fécales

Les experts recommandent d’habituer l’intestin à des selles régulières. Prenez suffisamment de temps pour cela, si possible toujours au même moment de la journée. Lors de la défécation, il faut éviter de pousser trop fort. [2].

Il faut en outre veiller à une hygiène suffisante. Les experts recommandent également de poser les pieds sur un tabouret d’environ 30 cm de haut dans les toilettes. Une position accroupie est également favorable à la prévention des hémorroïdes. [6].

Il est donc recommandé d’intégrer une activité physique régulière dans la vie quotidienne, surtout si des facteurs de risque sont déjà présents. De petites promenades peuvent déjà être bénéfiques, tout comme des unités d’étirement et de stretching pendant le travail, afin de contrer la position assise prolongée.

Les micronutriments en cas d’hémorroïdes

Que ce soit pour prévenir de nouvelles affections ou en cas de maladie déjà existante, les micronutriments peuvent être utilisés de manière ciblée pour soulager les symptômes.

Les micronutriments suivants sont recommandés par les experts en cas de troubles hémorroïdaires :

  • Le magnésium (300-900 mg par jour) peut aider à normaliser les selles trop dures. [7].
  • L’OPC s’avère également être un compagnon idéal. L’extrait de pépins de raisin favorise la circulation sanguine et est en outre un puissant antioxydant végétal, pour la protection contre les radicaux libres. L’OPC est utilisé en France comme médicament pour le traitement de l’insuffisance veineuse, dont les hémorroïdes font partie. [8].

Conclusion

Nous avons tous des hémorroïdes et c’est quelque chose de tout à fait normal. Ce n’est que lorsqu’elles gonflent ou sortent et que nous les sentons qu’elles deviennent un sujet de préoccupation. Les symptômes gênants qui les accompagnent, comme les brûlures ou les démangeaisons dans la région anale, réduisent en effet fortement la qualité de vie. Près d’une personne sur deux en est affectée une fois dans sa vie. Les hémorroïdes ne sont donc pas un sujet tabou et sont plus répandues dans la société que certains ne le pensent.

Prenez les premiers signes au sérieux et n’hésitez pas à demander l’aide d’un médecin. Ainsi, en fonction de la gravité et des symptômes, un traitement adapté pourra être mis en place sans délai. Les possibilités de traitement de la maladie hémorroïdaire sont nombreuses, tout comme les mesures préventives, afin d’éviter d’en arriver là. Les personnes qui présentent déjà certains facteurs de risque doivent donc particulièrement veiller à adopter un mode de vie sain.

Le CBD peut apporter un soutien naturel dans le cadre de la prévention, mais aussi en cas de maladie déjà existante, afin de soulager les symptômes.

Sources

[1] Schmidt-Voigt, J. (1984). Les hémorroïdes. Série d’informations pour les patients – symptômes, évolution de la maladie & possibilités de traitement. Springerverlag : Berlin – Heidelberg.

[2] Müller, M. & Feichter, M. (2017). Les hémorroïdes. Téléchargement du 24 juin 2020, de [Quelle]

[3] Code CIM. K64,- Hémorroïdes et thrombose veineuse périnéale. Téléchargement du 24 juin 2020, par [Quelle]

[4] Leinow, L. & Birnbaum, J. (2019). Se soigner avec le CBD. Le manuel scientifiquement fondé sur l’utilisation médicale du cannabidiol.

[5] Docs sur la nutrition. (2019). Alimentation en cas de troubles hémorroïdaires. Téléchargement du 25 juin 2020, par [Quelle]

[6] Ommer, A., & Schmidt, C. (2009). Centre du côlon et du rectum d’Essen. L’alimentation et ses effets sur les hémorroïdes et leurs causes.

[7] Schmiedel, V. (2019). Thérapie par les nutriments. La médecine orthomoléculaire dans la prévention, le diagnostic et la thérapie. (4e éd.). Theime : Stuttgart.

[8] Simons, A. (2018). Les femmes vivent plus longtemps grâce aux OPC : la substance vitale pour une santé physique, une beauté éclatante et un psychisme détendu. Knaur : Munich.

Lire la suite
Clic pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Fleurs CBD
Herbal SHOP
Fleurs de CBD
vaporisateur Cannabis
Actu CBD
CBD liquide
Fleur Cannabis
CBD BOX
Avis CBD
fleurs CBD
News CBD

ARTICLES POPULAIRES