Connect with us

CBD

Arrêter de fumer grâce au CBD – possible ?

La consommation de tabac entraîne une dépendance à la fois physique et psychologique. Selon des études, le CBD, le cannabinoïde bien connu de la plante de cannabis, serait un soutien efficace pour arrêter de fumer.

« Si vous voulez arrêter de fumer, vous pouvez le faire ! »

C’est du moins ce que pensent certains spécialistes du sevrage tabagique et de la dépendance à la nicotine. Et en effet, on sait depuis peu que fumer est plus une mauvaise habitude qu’une dépendance physique. Bien sûr, les avis divergent sur ce point, mais le fait est qu’après le sevrage de la nicotine, les facteurs psychologiques jouent un rôle dans la raison pour laquelle les fumeurs recommencent à fumer. Ils attribuent ce phénomène aux situations habituelles dans lesquelles une cigarette est tout simplement nécessaire et moins à l’envie physique de nicotine.

Nicotine et tabagisme – une double dépendance

Néanmoins, le tabagisme crée une dépendance à deux égards : d’abord, les médium d’une part, le rituel du tabagisme et le mouvement de la main portant la cigarette à la bouche, généralement « entraîné » au fil des ans, qui stimule le centre de la récompense physique/physiquesous la forme de la nicotine elle-même. La nicotine fait effet en quelques secondes. Lorsque le niveau de nicotine dans l’organisme diminue, les symptômes de sevrage apparaissent rapidement.

De nombreux processus dans notre corps et notre cerveau sont influencés par la nicotine. L’effet de la substance addictive est une raison décisive pour laquelle nous fumons en premier lieu, pour laquelle nous devenons dépendants et pour laquelle il est si difficile d’arrêter de fumer à la fin. La nicotine se lie aux récepteurs nicotiniques de la VTA (zone tegmentale ventrale), la zone du cerveau où naissent les sentiments positifs. De plus, le niveau de dopamine est augmenté et suscite un désir impérieux. De cette façon, le corps s’habitue à la nicotine (dépendance physique) et forme de plus en plus de récepteurs de nicotine qui veulent aussi être rassasiés.

Fumer en cercle vicieux

En outre, des quantités de plus en plus importantes de nicotine sont nécessaires pour obtenir un effet ou pour supprimer les symptômes du sevrage. En même temps, la zone du cerveau responsable de l’apprentissage est stimulée. Le cortex préfrontal conditionne et ancre désormais aussi le tabagisme dans des situations fixes. Ainsi, la tasse de café du matin est accompagnée d’une cigarette et fumer est un « devoir » après un repas. Cela reflète la dépendance psychologique et rend si difficile l’abandon du tabac – ce qui entraîne souvent des rechutes répétées. [1]. Le tabagisme est donc lié à certains stimuli déclencheurs.

Effets de la consommation de tabac sur la santé

Le tabagisme est le plus grand risque sanitaire évitable pour de nombreuses maladies graves et se classe désormais, avec l’hypertension, le diabète, la sédentarité et l’obésité, parmi les principaux facteurs de risque potentiels dans les pays industrialisés riches. [2].

Plus de 4 000 produits chimiques sont inhalés avec chaque cigarette. Au fur et à mesure que le tabac brûle, différents types de fumée se forment, le courant principal pénétrant dans la cavité buccale, les cavités nasales et pharyngées lorsque la cigarette est traînée, jusqu’à ce qu’il soit finalement absorbé par les alvéoles des poumons. Les particules toxiques de la fumée latérale qui est également produite sont encore plus petites – elles adhèrent également aux alvéoles des poumons et constituent une charge pour les personnes qui se trouvent dans la même pièce que les fumeurs – les fumeurs passifs. [3].

« La fumée d’une cigarette contient d’autres toxines et radicaux libres en plus des nombreux agents cancérigènes. [4]. »

Les conséquences de la consommation de tabac sur la santé sont multiples. Elles vont de la perte imperceptible d’une fonction (comme la sensibilité à la lumière) à la crise cardiaque. [3]À long terme, le corps ne peut pas supporter l’apport constant de substances nocives.

« Beaucoup de fumée pour rien ? »

Les substances toxiques contenues dans la fumée de tabac endommagent presque tous les organes et affectent également l’information génétique des cellules de notre corps. Les personnes qui fument régulièrement augmentent le risque de maladies chroniques et/ou de maladies qui limitent leur qualité de vie. Plus de 90 substances cancérigènes ont été détectées dans la fumée de cigarette, ce qui va de pair avec un risque accru de cancer chez les fumeurs.

En outre, le tabagisme est associé à de nombreux

  • les maladies cardiovasculaires
  • Maladies respiratoires
  • Vieillissement prématuré de la peau
  • Maladies dentaires
  • Réduction de la fertilité et limitation de la sexualité [5]

Le tabagisme favorise la formation de radicaux libres

À l’époque moderne, le stress caractérise souvent notre travail, mais aussi notre vie privée. Le stress exige déjà de notre organisme des performances élevées et de nombreux processus biochimiques se déroulent dans notre corps pour s’y adapter (combustion de sucre, augmentation de l’activité cardiaque et musculaire ou libération d’hormones de stress). Le corps produit plus de radicaux libres. Si vous fumez également une cigarette, vous augmentez encore plus la production de radicaux libres. Une cigarette est déjà surchargée de trillions de radicaux libres. [6]. Ainsi, environ un radical libre est présent dans chaque cellule du corps. Par conséquent, le corps doit initier un processus de détoxification pour prévenir les dommages. La consommation d’antioxydants est augmentée [4].

Fumer fait paraître la peau belle et vieille avant l’heure.

Le processus naturel de vieillissement de la peau est initié à un stade précoce par la « brume bleue » et est également fortement intensifié. La circulation sanguine étant altérée, l’oxygène et les nutriments importants sont transportés plus lentement. Les déchets ne sont pas éliminés rapidement et la peau des fumeurs est 20 à 40 % plus fine que celle des non-fumeurs. Il perd de sa souplesse et a tendance à se rider. Le tabagisme affecte également le collagène du tissu conjonctif, qui est connu pour raffermir la peau : il est attaqué et l’effet de raffermissement de la peau est perdu. La vitamine C, un micronutriment important pour le tissu conjonctif, est aussi généralement déficiente chez les fumeurs de cigarettes, ou en a plus souvent besoin. Un autre inconvénient pour la texture de la peau [6].

Signes de dépendance à la nicotine

Le degré de dépendance peut être évalué rapidement et de manière fiable à l’aide de tests psychométriques, par exemple le test de Fagerström.

Les critères suivants indiquent que l’on a développé une dépendance à une substance :

  1. Forte envie de fumer
  2. Contrôle limité de la consommation de cigarettes
  3. Incapacité d’abstinence
  4. Développement de tolérances et augmentation de la quantité de nicotine
  5. Symptômes de sevrage en cas d’impossibilité de consommer
  6. Les intérêts et les activités sont négligés au profit de la consommation. [7]

À cela s’ajoutent la mauvaise conscience et l’idée de vouloir réellement arrêter de fumer, la sensation d’une « compulsion d’achat » dominante lorsque le paquet arrive à son terme, le « pré-fumage » précipité lorsque l’on sait que l’on ne peut pas fumer pendant un certain temps et l’approbation des dommages à la santé. [8].

Fin détendue – il y a du brouillard.

L’arrêt du tabac a des effets positifs sur la santé, tant immédiatement après l’arrêt qu’à long terme. La réussite du sevrage tabagique dépend de la motivation du fumeur et constitue une condition préalable. Le renoncement doit être voulu.

Les avantages suivants peuvent être envisagés à cet effet :

Avantages pour la santé

Le risque de nombreuses maladies est réduit – l’espérance de vie augmente. On se sent plus énergique, la perception sensorielle (odeur et goût) et la respiration s’améliorent.

Avantages pour l’apparence

Les doigts jaunes, les dents décolorées et le vieillissement prématuré de la peau peuvent être stoppés – l’odeur de la fumée appartient également au passé.

Avantages pour le bien-être mental

La recherche de la prochaine occasion de fumer ou du prochain distributeur de cigarettes ne vous met plus la pression. Ceux qui surmontent une dépendance renforcent également leur confiance en eux.

Avantages pour les finances

Les économies réalisées en n’ayant pas à acheter de tabac sont parfois un facteur important dans l’abandon du tabac.

De l’aide pour devenir non-fumeur

Pour se débarrasser du tabac à long terme, il faut tenir compte de la dépendance physique et psychologique. [3].

Le chemin vers la sortie de la dépendance peut être soutenu à l’aide de quelques mesures et conseils. Si vous êtes déterminé à abandonner le comportement que vous avez adopté jusqu’à présent, il arrive qu’une Préparation peut être nécessaire et donc de prendre conscience de certaines choses à l’avance. En quelles occasions et dans quelles situations typiques fumez-vous ? Vous aimez prendre une cigarette lorsque la charge de travail est élevée, en attendant, après un repas ou en parlant au téléphone ? Y a-t-il des humeurs particulières qui vous poussent à fumer plus souvent ? Colère, excitation, ennui ou stress ? [9].

Tenir un journal du fumeur

Afin de savoir et de garder à l’esprit les moments critiques et les moments où vous avez envie de fumer, vous pouvez tenir un journal avant d’arrêter de fumer. L’objectif est d’enregistrer le comportement des fumeurs. Un agenda du fumeur peut sembler un peu fastidieux au début, mais il vous montrera exactement quand vous fumez et vous indiquera éventuellement les premières alternatives sans fumée. Toutefois, ne réduisez pas votre consommation de cigarettes et n’arrêtez pas de fumer, sinon il vous sera difficile d’évaluer à l’avance où se cachent les plus grands obstacles et les plus grands dangers.

Inscrivez les éléments suivants dans votre journal quotidien pour chaque cigarette :

  • Cigarette non.
  • Temps
  • Lieu
  • Quelle est l’importance de cette cigarette (0 = sans importance | 5 = importante) ?
  • Humeur (1 = très bonne | 5 = très mauvaise)
  • Caractéristiques spéciales
  • L’attente a-t-elle été satisfaite ? (0 = pas du tout | 5 = complètement)

Il est recommandé de remplir le journal du tabagisme pendant trois jours en semaine et un jour le week-end. [9]. Ensuite, un bilan peut être établi.

Trouver la détente – se réjouir de nouveaux conforts

C’est vrai, la cigarette régit de nombreuses choses dans la vie des fumeurs. Et en tant que fumeur, vous avez l’impression qu’une cigarette vous détend. Il comble les situations d’ennui et sert à « retenir » les sentiments négatifs tels que la tension ou la tristesse. C’est une façon pour les fumeurs de gérer le stress.

Cependant, il est également clair que le tabagisme n’est pas la seule mesure de détente. Comment seraient les non-fumeurs s’ils n’avaient pas d’autre moyen d’évacuer le stress ? Une façon de gérer le stress autrement qu’en fumant est de faire des exercices de relaxation ou un entraînement autogène. En outre, profitez d’un nouveau sentiment de confort, en ne tombant plus en proie au besoin pressant de la prochaine cigarette. [9].

Garder un œil sur les points critiques

Prenez conscience des points critiques qui pourraient bloquer votre chemin. Peut-être qu’une conversation avec un ancien fumeur et son arrêt du tabac vous aidera également. Il est peut-être possible d’éviter dès le départ les situations déclenchantes liées à la consommation d’une cigarette. Par exemple, au lieu de prendre une cigarette avec votre café le matin, buvez plutôt du thé. [9].

Encouragez-vous

Il y aura aussi des moments critiques. Armez-vous contre le porc intérieur. Une motivation pour persévérer est votre propre santé ! Observez les améliorations de votre santé après avoir arrêté de fumer. Après seulement 20 minutes, votre pouls et votre tension artérielle redescendront à des niveaux normaux. Peut-être qu’un cri de guerre personnel vous aidera également à vous stimuler personnellement. [9]. Planifiez à l’avance l’intégration d’activités amusantes et de nouveaux passe-temps dans votre routine quotidienne. Des formules spéciales de micronutriments peuvent également aider à lutter contre l’irritabilité et la tension. Pour plus de facilité et de joie sur votre chemin vers une nouvelle vie.

Récompensez-vous

Une sortie au cinéma, un bain relaxant ou un moment de détente avec un bon livre. Mettez de côté l’argent que vous aviez l’habitude de dépenser et utilisez-le pour vous offrir des petits plaisirs de temps en temps.

L’exercice vous rend heureux

… et dans les situations de stress aigu, il aide à évacuer l’énergie refoulée. Vous pouvez également favoriser votre bien-être par de petites phases de mouvement, comme des unités de gymnastique, la montée d’escaliers ou des promenades en plein air.

Ces conseils et mesures sont également utiles :

  1. Cherchez des alliés : les chemins difficiles sont plus faciles à surmonter de cette façon.
  2. Demandez l’aide d’un professionnel lorsque vous atteignez le point où vous sentez que vous en avez besoin.
  3. Le remplacement de la nicotine est acceptable : Les patchs, les pastilles ou les gommes à mâcher à la nicotine sont acceptés, s’ils facilitent l’arrêt du tabac, il est toujours utile de les utiliser. [9].

Le cannabidiol offre également une autre option naturelle et un soutien sur la voie de la non-fumée.

Cesser de fumer grâce au cannabidiol

Le cannabidiol est connu pour ses effets extrêmement variés, on pourrait presque le qualifier de remède miracle, ce qui serait un peu exagéré. En réalité, la substance CBD présente un potentiel insoupçonné, non seulement en termes de soulagement de la douleur ou dans le domaine des crises d’épilepsie. Diverses recherches menées à Londres indiquent que le CBD pourrait également aider à lutter contre les mauvaises habitudes et, en fin de compte, à les faire disparaître. L’une des études portait sur 24 fumeurs, qui souhaitaient tous devenir non-fumeurs le plus rapidement possible. Les sujets ont reçu un placebo et de la CBD en deux parties, toutes deux sous forme d’inhalateur. L’inhalateur devait être utilisé sur une période d’une semaine en cas d’envie de fumer. Quelles déclarations peut-on faire au sujet de l’envie de fumer ?

Les participants ayant reçu le traitement placebo n’ont pas pu réduire le nombre de cigarettes qu’ils fumaient au cours de la même semaine. Chez les sujets traités au CBD, la consommation a été significativement réduite de 40 %. Les résultats d’une étude de suivi ultérieure ont également montré une certaine rétention de la baisse de la consommation de cigarettes. Toutefois, des recherches supplémentaires sont encore nécessaires. Jusqu’à présent, on suppose que les connexions entre les récepteurs du système endocannabinoïde de l’organisme et la CBD provoquent certains changements dans le processus de mémorisation. C’est ce qui explique en grande partie que le fumeur ait envie de reprendre sa cigarette. Plus précisément, le souvenir de ce que c’est que de fumer une cigarette sous forme de récompense est effacé.

Le CBD affaiblit les comportements addictifs

Cette dernière hypothèse ne serait que logique, car on sait depuis peu que l’huile de CBD peut également aider à lutter contre les troubles de l’anxiété ou les attaques de panique. Ici aussi, les déclenchements automatiques basés sur certaines situations sont désactivés ou inversés.

  • Par exemple : certaines personnes souffrant de troubles anxieux ont l’impression de ne pas pouvoir respirer et d’être bloquées à l’intérieur. Cela se traduit par des palpitations, des sueurs et des tremblements. Le résultat pour la mémoire humaine est donc que les ascenseurs dans les centres commerciaux déclenchent l’anxiété. Et c’est précisément ces synapses mal reliées que le CBD pourrait relâcher ou éteindre.

Si l’on relie le même processus au fait que l’on a besoin d’une cigarette avec un café, l’envie de fumer pourrait être éliminée en buvant du café.

Le cannabidiol contre les symptômes du sevrage

Mais que se passe-t-il si la dépendance à une drogue s’est déjà intensifiée au point de nécessiter un sevrage brutal ? Il faut ensuite combattre les symptômes de sevrage qui l’accompagnent inévitablement. Le CBD peut-il aussi aider dans ce domaine, par exemple en cas d’insomnie, de perte d’appétit ou d’irritabilité ? Actuellement, on pense qu’après l’arrêt d’une forte consommation de cannabis, le CBD peut aider à réduire les symptômes de sevrage. Cela signifie que l’appétit peut revenir, que l’irritabilité fait place à une profonde relaxation et que le sommeil est également bien meilleur. Ce ne serait en fait que logique, puisque le CBD est l’exact opposé du THC et a pour fonction de stimuler l’appétit et de détendre les muscles (parmi toute une série d’autres effets, bien sûr).

Mais qu’en est-il des vraies drogues, alcool, opiacés ou héroïne ? Peut-on là aussi faciliter le sevrage, afin que les patients soient moins susceptibles de rechuter ? Jusqu’à présent, cela n’a été testé que sur des rats. Chez les rats, l’envie de consommer davantage d’héroïne s’est considérablement affaiblie après qu’ils en aient reçu plus fréquemment. Si ce phénomène peut également être transposé à l’homme, cela constituerait une étape importante dans le domaine du sevrage. Après la prise de CBD, les processus du système endocannabinoïde et ceux du système glutamate d’une certaine région du cerveau se sont normalisés. Et c’est précisément ce qui nous donne l’espoir qu’à l’avenir, on pourra aider les toxicomanes à rester abstinents à ce stade. Il suffit de voir combien d’alcooliques il y a rien qu’en Allemagne et combien d’entre eux rechutent après le sevrage.

CBD et dépendance – effets

En attendant, nous sommes plus riches de quelques études, expériences et recherches et connaissons certains effets sur le corps humain. Il a été prouvé que le CBD inhibe l’effet de récompense de l’organisme sur une certaine substance. Ainsi, des substances telles que la dopamine sont beaucoup moins libérées lorsqu’on se « récompense » avec une cigarette ou un verre de vin.

Le cannabidiol inhibe en outre les déclencheurs et normalise les perturbations neuronales. Le CBD a donc d’excellentes propriétés et soutient notre volonté d’arrêter de fumer. Tout simplement en supprimant les stimuli déclencheurs et les processus de pensée habituels. N’oublions pas que les êtres humains sont des créatures d’habitudes et qu’ils s’habituent trop facilement aux choses. De la même manière, les dépendances se développent à plusieurs niveaux, et elles ne sont pas toujours problématiques. Mais le café peut aussi être une dépendance, le sport peut être une dépendance et même se ronger les ongles peut être décrit comme une sorte de dépendance.

Quelle quantité d’huile de CBD pour réussir à arrêter de fumer ?

Le dosage et l’utilisation de l’huile de CBD sont toujours individuels et dépendent du produit respectif. Ici, il est conseillé à chacun d’aborder le dosage lui-même. Lorsqu’il s’agit d’arrêter de fumer, il est intéressant de tenir un journal dans lequel on note le nombre de cigarettes par jour et on compare la consommation d’huile de CBD. De cette façon, il est possible d’observer exactement combien de gouttes d’huile de CBD il faut pour pouvoir réduire la consommation de cigarettes. Il peut également être intéressant de noter certaines nouvelles expériences AHA qui se sont produites en même temps que la prise de CBD. Par exemple, après avoir pris de l’huile de CBD à 10 % pendant une semaine, l’envie de fumer une cigarette pendant un café disparaît complètement.

Il est juste important de commencer par de petites doses pour ne pas manquer le bon nombre de gouttes et pour que votre corps s’habitue à l’addition. Et ne vous inquiétez pas, la prise d’huile de CBD ne crée pas une nouvelle dépendance.

Conclusion

Les fumeurs s’exposent au risque de tomber malade. Pour réduire les risques pour votre santé, il est conseillé d’arrêter de fumer à tous les égards. Même si vous avez réussi à gérer la situation et que l’envie aiguë de fumer s’est calmée, dans certains cas, elle ne s’est pas encore complètement évaporée. Dans ces moments critiques, il est crucial de faire les bons choix et de trouver une alternative à la cigarette. Le CBD peut vous aider à profiter des avantages pour la santé d’une vie sans tabac. Pendant et après l’arrêt du tabac.

Sources

[1] Schalle K. et al (2008). Nicotine. Effets pharmacologiques et développement de la dépendance. Faits concernant le tabagisme. Centre allemand de recherche sur le cancer, Heidelberg. Téléchargement à partir du 11 janvier 2021, par [Quelle]

[2] Organisation mondiale de la santé (2009). Les risques sanitaires mondiaux. Téléchargé le 11 janvier 2021, à partir de [Quelle]

[3] Batra L., Lindinger P. (2013). La dépendance au tabac. Série sur la médecine de la toxicomanie. Vol. 2. Deutsche Hauptstelle für Suchtfragen e.V.

[4] Schmiedel V. (2019). Thérapie nutritionnelle. La médecine orthomoléculaire dans la prévention, le diagnostic et la thérapie. Thieme Verlag : Stuttgart. P. 82 et 83.

[5] Portail de la santé publique d’Autriche. Les conséquences du tabagisme sur la santé. Téléchargement à partir du 12 janvier 2021, par [Quelle]

[6] Döll M. (2016). Naturellement jeune, avec des antioxydants et des substances végétales bioactives. Herbig Verlag : Munich. P. 35, P. 114.

[7] Süddeutsche Zeitung. Les signes de la dépendance. Téléchargement à partir du 12 janvier 2021, par [Quelle]

[8] Centre allemand de recherche sur le cancer au sein de l’association Helmholtz. La dépendance au tabac. Téléchargement à partir du 12 janvier 2021, par [Quelle]

[9] Beckmann I.-A., Lindinger P. (2008) Deutsche Krebshilfe e.V. Präventionsratgeber 4 erfolgreich zum Nichtraucher. Respirez un soupir de soulagement. Téléchargement à partir du 12 janvier 2021, par [Quelle]

[10] Morgan C. et al. (2013). Le cannabidiol réduit la consommation de cigarettes chez les fumeurs de tabac : résultats préliminaires. Téléchargé le 14 janvier 2021, à partir de [Quelle]

Lire la suite
Clic pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Fleurs CBD
Herbal SHOP
Fleurs de CBD
vaporisateur Cannabis
Actu CBD
CBD liquide
Fleur Cannabis
CBD BOX
Avis CBD
fleurs CBD
News CBD

ARTICLES POPULAIRES